Les maladies d’hiver : les bons réflexes

Dans : Santé & nutrition
Rhumes, rhinopharyngite ou encore grippes, avec le docteur Mourad Ainabi, pédiatre, on tente de faire le point sur les gestes à adopter face à ces affections virales et saisonnières.

Les maladies d’hiver : les bons réflexes

Rhumes, rhinopharyngite ou encore grippes, avec le docteur Mourad Ainabi, pédiatre, on tente de faire le point sur les gestes à adopter face à ces affections virales et saisonnières.

Nez, gorge, oreilles & co

Pathologies virales (dues à un virus), certes désagréables, rhumes, rhinites, rhinopharyngite sont toutefois sans gravité. Se caractérisant par un écoulement nasal avec des sécrétions séreuses (blanchâtres) et une fébricule (faible fièvre ne dépassant pas 38,5°), ils nécessitent un simple traitement symptomatique court (anti-inflammatoire et paracétamol). Une première étape consiste à déboucher le nez à l’eau physiologique ou à l’eau de mer et à bien moucher. En cas de rhinopharyngite, l’inflammation de la gorge provoquant une petite douleur à la déglutition peut entraîner le refus de s’alimenter ou de téter et, par la même, un état de fatigue.
En cas de grippe, pathologie un peu plus prononcée, l’enfant est sujet à la fièvre, au mal de tête et à un état de fatigue avancé. Outre le repos, on opte une nouvelle fois pour un traitement simple (anti-inflammatoire, paracétamol). A noter qu’après 48h de traitement, si une fièvre persiste, il est essentiel de consulter.

Les bronches

Nommée bronchiolite chez les tout jeunes enfants (jusqu’à 2 ans), cette pathologie saisonnière touchant les bronches se manifeste par une fébricule et un petit sifflement audible. Ne demandant pas de traitements médicamenteux particuliers, elle nécessite par contre le recours à un drainage des sécrétions qu’elle engendre (kiné respiratoire). En outre, il est strictement contre-indiqué d’user ici de sirops (action mucolytique, mucorégulateur), leur effet fluidifiant pouvant entraîner un risque d’asphyxie. Enfin, notons qu’en cas de fièvre élevée (40°), de tachycardie, de cyanose (teinte bleuâtre des lèvres) ou de refus de s’alimenter, il est indispensable de se rendre aux urgences. Au-delà de 2 ans, la bronchite se caractérise par des courbatures, de la myalgie (douleurs aux muscles), et une toux oscillant entre sèche et grasse. Son traitement ne nécessite pas, au départ, d’antibiotiques, mais il faudra s’y résoudre si on observe des expectorations jaunâtres ou verdâtres.

Angines

Caractérisée par la rougeur mais aussi le gonflement important des amygdales, l’angine rouge demande une consultation rapide et un traitement par antibiotiques. Un test de diagnostic rapide chez le médecin permet en outre de déterminer sa nature virale ou bactérienne (streptocoques).

EN BREF…

Ne pas se précipiter au premier éternuement chez un spécialiste
Se laver et laver régulièrement les mains des bambins
Ne pas couvrir l’enfant en cas de fièvre
Lui faire prendre un bain tiède (2° de moins que sa température)
Veiller à une hydratation continue (allaitement ou boissons)
Etre attentif à son équilibre alimentaire (profiter de la saison des agrumes, gorgés de vitamines C)
Etre vigilant quant au taux de fer, l’anémie contribuant à la répétition des infections respiratoires
En terme de remède de grand-mère, demeurer vigilant quant aux produits et aux doses administrés. Ainsi le miel d’euphorbe (daghmous) qui n’est pas recommandé pour les enfants (risque de diarrhées,..)

 

Source : FA

Partager sur

Commentaires

Pour laisser un avis sur un article, vous devez être connecté - Connexion

Activer les notifications    OK Non merci